Chercher dans les site Phil-Ouest Retour page d'accueil Survol retour page d'accueil Votez sur Weborama Survol de votez sur Weborama Ecrire au webmestre Survol de Ecrire au webmestre
L'expert Jean-François Brun me signale la présence de faux très bien faits, il s'agit de timbres Berthelot et Pasteur avec surcharge 10 Fr du paquebot «Ile de France» en 1928 avec imitation des signatures d'experts renommés, avec faux certificats.

Rejoignez une association fédérée à la F.F.A.P.
Fédération Française des Associations Philatéliques
Contact courriel: ffap.philatelie@laposte.net
Son site web www.ffap.net.
   Basse-Normandie    14    50    61      Bretagne    22    29    35    56      Pays-de-la-Loire    44    49    53    72    85    France  
L’avenir des flammes postales et des bureaux de Poste.
N° Y & T 

Copie d'un texte provenant du groupe de discussion fr.rec.philatelie en réponse à une question sur l'avenir des flammes postales, texte ensuite publié dans " Phil'Flash" d'octobre 2003

On confond souvent bureau de poste, guichet annexe, agence postale, etc. Très approximativement et en simplifiant il s'est passé et vont se passer les choses suivantes :

  • Les agences postales (plus de 3000) : guichets tenus par un ou une gérante et offrant des prestations en nombre limité pour le compte d'un bureau de poste de rattachement, ont été ou sont en train d'être transformées soit en Agences Communales tenues par la Mairie soit en "Points-Poste" tenus par des commerces ou équivalent. La tendance, ces dernières années, a été de porter l'effort sur l'ouverture d'agence là où de fortes concentrations de population n'étaient pas desservies, comme les grands ensembles des banlieues ou les grands centres commerciaux. Rares sont les agences qui disposent d'une flamme postale (celles de l'Armée - terre, air ou mer - en avaient parfois).

  • Les guichets-annexes sont des guichets délocalisés d'un bureau de poste tenus par un postier ou une postière, et offrent en général toutes les prestations de base. Ils sont très peu nombreux. Leur flamme est celle du bureau.

  • Les bureaux de poste (environ 14000) étaient jusqu'à présent polyvalents mais de deux grandes catégories : ceux avec guichets et distribution du courrier, et ceux avec guichets seulement. Beaucoup de petits bureaux ruraux avaient encore et ont encore une distribution, c'est-à-dire un ou des facteurs. Les uns comme les autres pouvaient avoir une flamme.

Il faut savoir que chaque fois qu'il y a au moins un facteur il y a une desserte de ce bureau le matin tôt par une course du CTC (Centre de Traitement du Courrier, ex Centre de Tri) départemental pour amener le courrier à distribuer et le soir pour ramener le courrier posté. Or tout le courrier doit être rassemblé avant ce qu'on appelle des "coupures", c'est-à-dire l'heure où le courrier posté doit prendre soit l'avion soit le camion. Avec les contraintes dues à l'éparpillement des petits bureaux ainsi qu’à l'encombrement des espaces aériens et routiers, et autres contraintes diverses, les heures de coupures ont été avancées, et donc aussi celles des HLD (heures limites de dépôts) des bureaux et des boîtes à lettres sur la voie publique.

Face à ce casse-tête, car c'en est un, plusieurs solutions ont été recherchées :

  • rassembler les facteurs dans des centres de distribution du courrier de taille plus importante, d'où le départ du facteur du petit bureau vers un plus gros, mais leurs tournées étant inchangées et bien sur les guichets restant sur place (beaucoup d'élus et la presse ont appelé cela abusivement fermeture du bureau)

  • simplifier le soir le traitement du courrier dans les bureaux de poste, qu'ils aient ou non un facteur car tous les bureaux reçoivent du courrier posté, de façon à ce que le courrier au départ parte plus vite

  • avancer l'heure limite de dépôt

Une des mesures de simplification a été le départ en vrac (ou presque) du courrier déposé dans les boîtes sur la voie publique ou au bureau de poste c'est à dire sans le redresser (mettre les enveloppes toutes dans le même sens), ni le prétrier (département, France, étranger, lettre, écopli, etc.) et ni l'oblitérer, c'est-à-dire sans l'apposition de nos chères flammes s'il y a lieu. Cette dernière mesure (suppression de l'oblitération au bureau de dépôt) est déjà généralisée dans certains départements, ce qui veut dire que le courrier déposé en boîte à lettre n'importe où sur le département recevra le seul timbre à date du CTC départemental. Dans ces département inutile de faire le tour des bureaux pour avoir la flamme, il n'y aura que celle du CTC, quand celui-ci en a une. Dommage pour le cyclotourisme marcophile !

En tant que marcophile cette mesure m'attriste, en tant que postier en activité (et à la fin de l'année hors activité !) je l'approuve car je tiens à la pérennité de la maison qui est la mienne, et qui si elle ne se réforme pas rapidement risque fort la disparition ou tout au moins la très forte baisse de ses activités au profit du secteur privé national, européen ou étranger.

Je n'ai expliqué rapidement que la problématique du courrier du particulier, pas celui des entreprises, ce qui est une autre histoire.

En fait je pense que l'avenir de la marcophilie ce ne sont plus les flammes postales mais les EMA, pour l'instant ces dernières ne sont pas menacées de disparition !

Actuellement la Poste se lance dans une grande réforme par la spécialisation de ses réseaux: il y a quelques années déjà elle a identifié et créé avec plus ou moins de bonheur son réseau de traitement des colis, en ce moment elle spécialise ses bureaux soit en bureaux grand-public (service financiers et guichets pour les particuliers) et en bureaux courrier (traitement du courrier, relation avec les entreprises), ce qui a pour effet méconnu d'augmenter le nombre total de bureaux sur le territoire national !

Bernard Le Lann


Google

     
Ce site a été visité 5855436 fois - cette page a été visitée 6264 fois - précédente visite le 02/09/2014 à 17h 07mn
Mois de septembre 2014: 62 538 visites cumulées des pages pour 40 888 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...