Il y a 186 visiteurs en cet instant
Chercher un timbre
 

Timbre de 1956

Deuxième série des savants et inventeurs
Charles Tellier 1828-1913
Industrie du froid - Le frigorifique

Tous droits réservés

Dessiné et gravé par Claude Hertenberger

Zoom sur le timbre
 
Les timbres de célébrités diverses
 
 
Les timbres de la Somme
 
◆ Les timbres de la région Hauts-de-France
 
Les timbres de scientifiques, ingénieurs et inventeurs
 
 
Les timbres de l'année 1956
Voir les 6 timbres d'avril 1956
 
Les timbres relatifs à la ville d'Amiens
 
11 Lien vers «Wikipédia», l'encyclopédie libre. Biographie, portrait et oeuvres de Charles Tellier
  Les timbres concernés par ce site
 
395 Lien vers le site «Agropolis Museum - Nourritures et agricultures du monde» le bateau "Le frigorifique" qui transporta en 1876 une cargaison de viande de Buenos Aires à Rouen.
   
 
16 Charles Tellier et la numismatique sur le site inumis.com
   
 
Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale
ET   ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots
En arrière plan le timbre représente le navire "Le frigorifique" qui, grâce au procédé de Charles Tellier permit plus tard à l'Argentine après amélioration des techniques de congélation,d'exporter sa production de viande vers l'Europe.


Louis Abel Charles Tellier né le 19 juin 1828 à Amiens (France), il meurt dans le dénuement total le 19 octobre 1913 à Paris (France). Ingénieur français, en 1876 il est à l'origine de travaux sur deux corps nouveaux, l'éther méthylique et la triméthylamine. Il crée à Auteuil en 1869, la première usine frigorifique dans le monde pour la conservation des viandes et des denrées alimentaires par le froid artificiel.
Dʹaprès Wikipédia 
Premier jour le Samedi 7 avril 1956 Oblitération illustrée 1er jour à Amiens (Somme)
Vente générale le Lundi 9 avril 1956
Retiré de la vente le Samedi 21 juillet 1956
Valeur faciale : 15,00 F
Affranchissement de la lettre simple pour l´intérieur
Timbre horizontal   Taille image : 36x21,45 mm Dimensions totales 40x26 mm   Dentelure 13
Imprimé en taille douce rotative 3 couleurs à 50 timbres par feuille
Emis à 2,3 millions de séries

Le timbre à date premier jour

1956 - Savants et inventeurs - 2ème série

Voir cette série       • Lister les timbres de cette série
1055 Jean-Henri Fabre 1825-1915
L'entomologie
1056
 Charles Tellier 1828-1913
Industrie du froid - Le frigorifique 
1057 Camille Flammarion 1842-1925
L'astronomie populaire
1058 Paul Sabatier 1854-1941
Chimie: la catalyse

En 1876 l'ingénieur français, Charles Tellier, fils d'un filateur de Condé-sur-Noireau, équipa un bateau baptisé « le frigorifique » de machines pouvant maintenir la cargaison à 0°.
Il avait fait des études sur le froid industriel pour fabriquer artificiellement de la glace alimentaire et avait conçu une machine à compression, permettant de maintenir en parfait état, des denrées périssables comme la viande de boucherie. Ce fut cette machine perfectionnée qu'il plaça sur « le frigorifique », bateau spécialement aménagé pour recevoir de la viande. Il réussit pour la première fois, le transport à longue distance de viandes conservées par un procédé de refroidissement en leur faisant traverser l'Atlantique (Rouen - Buenos Aires). La viande arrivée à destination était encore mangeable. Mais malgré tout, on ne peut pas dire que ce voyage fut entièrement satisfaisant
L'ingénieur français Ferdinand Carré qui avait déjà à son actif la conception du premier appareil réfrigérant par évaporation d'ammoniaque, ne pouvait pas rester passif. Il préconisa à son tour, le transport des viandes sur de longues distances. En 1878, il installa dans les cales du bateau le « Paraguay » doté de meilleurs équipements isolants, des machines en mesure de descendre jusqu'à moins 30° centigrades. Il fit transporter l'année suivante pas moins de 80 tonnes (certains disent 150 tonnes) de viandes d'Amérique latine vers la France avec succès, dans un voyage d'une cinquantaine de jours. En fait, ces inventions touchaient le domaine industriel et n'intéressaient pas directement les ménages qui dans leur majorité, ne connaissaient même pas encore, le réfrigérateur domestique.
Jusque là, des navires cargos transportaient des denrées périssables sur de courtes distances. On avait conçu pour ces navires, de longs ponts intermédiaires, bien ventilés et leur trajet étaient circonscrits dans les zones tempérées. Pour des distances plus longues ou dans l'obligation de traverser des zones tropicales, la viande, provenant notamment d'Argentine, était préalablement transformées en bouillon (origine du bouillon Kub). Or la France, grande consommatrice de viande depuis le début du siècle, avait un cheptel insuffisant, déjà avant la guerre de 14/18.. La soudure se faisait par importation d'un complément d'animaux de boucherie, mais la guerre rendit les choses plus difficiles. Les paysans partis au front, le déficit en orge, avoine et fourrages, l'occupation du nord de la France? , tout cela se traduisit par une diminution de deux millions cinq cent mille têtes de bovins et de bien plus de porcs et de moutons. Les Anglais de leur côté souffraient moins de la pénurie de viande, le paquebot Circassia ayant ramené en Grande-Bretagne des Etats-Unis un chargement de bœuf congelé, suivi par du beurre et de la viande d'Australie
D'après un texte d'un site qui a maintenant disparu


Google

     
Ce site a été visité 16639660 fois - cette page a été visitée 5499 fois - précédente visite le 16/12/2017 à 12h 31mn
Mois de décembre 2017: 412 669 visites cumulées des pages pour 141 077 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...