Il y a 270 visiteurs en cet instant
Chercher un timbre
 

Timbre de 2017

Les insectes
La coccinelle

Tous droits réservés

Création graphique d’ Isabelle Simler

Zoom sur le timbre
 
Timbres de la Nature (minéraux, flore et faune)
 
 
Les timbres de l'année 2017
Voir les 25 timbres de mai 2017
 
Le timbre de la coccinelle (2009)
 
Le timbre de la coccinelle des Alpes (1983)
 
Le timbre de la coccinelle allemande (2000)
 
Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale ET 
 ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots
Premier jour le Vendredi 19 mai 2017
Oblitération illustrée 1er jour à Paris au « Carré d'encre » , de 10 h à 18 h, 13 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS
Valeur faciale : 0,73 € Voir les tarifs au 22 mai 2017
Affranchissement de la lettre verte jusqu'à  20g pour la France, Monaco, Andorre et secteurs postaux (armée)
Timbre horizontal   Dimensions totales 40.85x30 mm   Dentelure 13½
Imprimé en héliogravure
Émis à 450 000 sur blocs-feuillets - voir les tirages de 2017


Le timbre à date premier jour : Isabelle Simler
Zoom : Cliquez sur l'image
Un peu d'histoire naturelle

Les noms de ces insectes racontent tous une histoire, à commencer par celui du hanneton qui n'avait pas de nom en latin à l'époque romaine. En effet, ce coléoptère ne s'est multiplié dans nos régions qu'à l'époque des grands défrichements du haut Moyen-Age, ce qui explique son nom d'origine germanique.

Au contraire, le carabe doit son nom au latin carabus, qui s'apparente à scarabée, un terme générique pour d'autres coléoptères.

La demoiselle est couramment appelée « libellule ». Demoiselles et libellules présentent pourtant des différences importantes, en particulier la position de leurs ailes au repos. Les ailes de notre demoiselle lui valent son nom savant, Calopteryx splendens, qui signifie à la fois « qui a de belles ailes » et « resplendissante ».

Toutefois c'est la coccinelle qui raconte la plus belle histoire, non pas pour la couleur rouge de ses élytres qui apparaît dans son nom - cocci est un emprunt au grec et signifie « écarlate » - mais parce qu'on la nomme aussi la bête à bon Dieu. Elle est l'héroïne d'une jolie légende du Moyen-Age où un homme innocent condamné à mort, aurait dû son salut à une coccinelle posée sur son cou quand le bourreau s'apprêtait à lui trancher la tête. Y voyant une intervention divine, le roi Robert le Pieux avait alors gracié le condamné. Et depuis, la coccinelle est considéré comme un porte-bonheur.
La coccinelle existe aussi en feuille.
D’après le communiqué de presse de Phil@Poste 

2017 -

Voir cette série       • Lister les timbres de cette série
5148 La demoiselle
5149 Le hanneton
5150 Le carabe
5147
 La coccinelle 
5147 La coccinelle - Timbre vendu en feuille
5148 Bloc-feuillet « Les insectes »
134 Souvenir philatélique « Les insectes »
Google

     
Ce site a été visité 32202180 fois - cette page a été visitée 1691 fois - précédente visite le 15/07/2019 à 01h 17mn
Mois de juillet 2019: 503 411 visites cumulées des pages pour 147 267 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...