Chercher un timbre
 

Timbre de 2015

Salon Philatélique de Printemps
1878 - 1919 Nicole Mangin

Tous droits réservés

Dessiné et gravé par Sarah Bougault
D´après une photo de Tibor Bognar / Photononstop

Zoom sur le timbre
 
Les timbres de célébrités diverses
 
Timbres relatifs à la médecine ou à la santé
 
 
Les timbres de l'année 2015
Voir les 41 timbres de mars 2015
 
Les timbres émis lors du 35ème Salon Philatélique de Printemps
 
87 Les timbres émis à l'occasion des Salon Philatéliques de Printemps
Les timbres concernés par ce lien  
 
20 Lien vers le site de Paris-Match 1914-1918 Nicole Girard-Mangin, première femme médecin sur le front. Avec une photo d´elle donnant un cours de vaccination aux infirmières de son hôpital, en 1918.
   
 
Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale
ET   ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots
Nicole Mangin, est née à Paris en 1878 et décède le 6 juin 1919.Elle sera l'unique femme médecin affectée au front durant la Première Guerre mondiale. Mobilisée par erreur le 2 août 1914, elle occulte sa condition féminine et se porte volontaire pour exercer à Verdun.
Dʹaprès le communiqué de presse de Phil@Poste



Nicole Girard Mangin, née à Paris, le 11 octobre 1878 et décédée le 6 juin 1919 fut l'unique femme médecin affectée au front durant la Première Guerre mondiale. Mobilisée par erreur le 2 août 1914, elle occulte sa condition féminine et se porte volontaire pour exercer à Verdun.

Éléments biographiques
À 18 ans, en 1896, elle entame des études de médecine à Paris. Elle se marie en 1899 avec André Girard et aura un fils, Étienne. Elle travaille alors, au côté de son mari, à l'exploitation du champagne. En 1903, elle divorce et revient à la médecine et présente sa thèse sur les poisons cancéreux en 1906. Lors du Congrès international de Vienne en 1910, elle représente la France au côté d'Albert Robin et intègre en 1914 son dispensaire anti-tuberculeux à Beaujon. Elle effectue des recherches sur la tuberculose, sur le cancer et signe différentes publications. Lorsque la guerre éclate, elle se porte volontaire sous le nom de Docteur Girard-Mangin. L'administration ne doute pas un seul instant que ce docteur fut un homme. Elle est affectée au soin des typhiques du secteur de Verdun qui croule sous les bombes le 21 janvier 1916. Lorsque l'ordre d'évacuation est donné, Nicole Girard-Mangin ne peut se résoudre à abandonner les neuf blessés qu'elle a en charge. Lorsqu'il est question d'évacuer cinq soldats nécessitant une hospitalisation, elle prend la tête du convoi, au mépris des obus qui pleuvent, au mépris de ses propres blessures (elle avait été légèrement blessée au visage par un éclat de mica).

En décembre 1916, malgré ses nombreux heurts avec l'administration militaire, elle est nommée médecin-major. Elle est alors affectée à Paris où elle se voit confier la direction de l'hôpital Édith Cavell, rue Desnouettes. Après guerre, elle s'investit au sein de la Croix-Rouge et donne des conférences sur le rôle des femmes durant la Grande Guerre. Préparant une tournée internationale, elle est retrouvée morte, peut-être victime d'un surmenage, au côté de son chien Dun, d'une overdose médicamenteuse, le 6 juin 1919. Athée, ses funérailles et sa crémation se déroulent au Père Lachaise avant l'inhumation dans le caveau familial à Saint-Maur-des-Fossés. Jamais, elle ne reçut ni citation, ni décoration.

«Il est fort probable que peu d'années, que dis-je, peu de mois après notre victoire, j'aurai un sourire amusé pour mon accoutrement singulier. Une pensée critique pour l'affection que je porte à Dun, ma chienne. Ce sera du reste injuste et ridicule. Je dois à ma casquette d'avoir gardé une coiffure correcte, même en dormant sur des brancards; d'avoir tenu des heures sur un siège étroit sans gêner le conducteur. Je dois à mes multiples poches d'avoir toujours possédé les objets de première nécessité, un couteau, un gobelet, un peigne, de la ficelle, un briquet, une lampe électrique, du sucre et du chocolat. Je dois à ma chienne, née et élevée là-bas bien des minutes d'oubli, son attachement désintéressé m'a été doux. Enfin, je dois à mes caducées et mes brisques le prestige qu'il m'a fallu parfois auprès des ignorants et des sots.»
Dʹaprès Wikipédia
Premier jour le Samedi 21 mars 2015 Oblitération illustrée 1er jour à Paris au Salon Philatélique de Printempset au «Carré d'encre»
Vente générale le Lundi 23 mars 2015
Retiré de la vente le Jeudi 31 décembre 2015 - Retraits de l’année 2015
Valeur faciale : 0,68 €  -  Voir les tarifs au 23 mars 2015
Affranchissement de la lettre verte jusqu'à  20g pour la France, Monaco, Andorre et secteurs postaux (armée)
Timbre horizontal   Dimensions totales 41x30 mm   Dentelure 13
Imprimé en taille douce
Emis à 1 500 000 exemplaires


Le timbre à date premier jour
Zoom : Cliquez sur l'image
Google

     
Ce site a été visité 27601673 fois - cette page a été visitée 4437 fois - précédente visite le 15/11/2018 à 13h 11mn
Mois de novembre 2018: 1 095 210 visites cumulées des pages pour 461 035 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...