Il y a 439 visiteurs en cet instant
Chercher un timbre
 

Timbre de 2007

Les phares
Le phare d'Ar-Men

Image du timbre
Tous droits réservés

Dessiné par Pierre-André Cousin
Gravé par Claude Jumelet

Zoom sur le timbre
 
Les timbres de sites et monuments
 
 
Les timbres du Finistère
 
◆ Les timbres de la région Bretagne
 
 
Les timbres de l'année 2007
Voir les 36 timbres de novembre 2007
 
Le phare d'Ar-Men sur le timbre de 2019
 
Les timbres représentant un phare
ou une balise
 
4 Lien vers le site de Robert Carceller
Le phare d'Ar-Men
Les timbres concernés par ce lien Les timbres concernés par ce site
 
135 Lien vers le site «Wikipédia, l'encyclopédie libre en ligne» le phare d'Ar-Men
  Les timbres concernés par ce site
 
Le timbre situé sur la carte de France
Vers le bas

Le timbre
Premier jour le Vendredi 9 novembre 2007
Oblitération illustrée 1er jour à Paris, à Saint-Denis d'Oléron (Charente-Maritime), à Plevenon (Côtes-d'Armor), à Saint-Quay-Portrieux (Côtes-d'Armor), à Audierne (Finistère), au Grau-du-Roi (Gard), à Hyères (Var) et sans mention 1er jour à Ouistreham (Calvados) et à Plougonvelin (Finistère)
Vente générale le Lundi 12 novembre 2007
Valeur faciale : 0,54 €  - Voir les tarifs au 12 novembre 2007
Affranchissement de la lettre jusqu´à 20g pour la France métropolitaine
Timbre vertical   Dimensions totales 25,5x40 mm   Dentelure 13
Imprimé en taille douce rotative
Tirage inconnu ou non saisi - voir les tirages de 2007
 Mis à jour le 10/06/2018 


Les timbres à date premier jour - Création : Jean-Paul Cousin
Le phare d'Ar-Men (Ar Men signifiant « le rocher » ou « la pierre » en breton) est un phare en mer construit entre 1867 et 1881 à l'extrémité de la chaussée de Sein, à la pointe ouest de la Bretagne.
Il a été inscrit monument historique par arrêté du 31 décembre 2015

Un phare mythique
Dans le monde des phares bretons en mer, dont font partie notamment Kéréon, la Vieille ou encore la Jument, le phare d'Ar-Men est le plus célèbre, en raison de son caractère très isolé, des difficultés considérables qu'a présentées sa construction et du danger qu'il y avait à relever son personnel. Considéré comme un lieu de travail extrêmement éprouvant par la communauté des gardiens de phare, il a été surnommé par ces derniers « l'Enfer des Enfersn.». Les coups de boutoir portés par la grande houle pendant les tempêtes pouvaient faire trembler tout l'édifice et faire tomber tout ce qui était accroché aux murs, rendant ces périodes particulièrement difficiles pour les gardiens et il n'était pas rare que, par gros temps, on ne puisse pas relever les équipes tous les 15 jours comme de normal.
Dʹaprès Wikipédia 

2007 - Les phares

Voir cette série       • Lister les timbres de cette série
114 Les phares
4112 Le phare du Cap Fréhel
4113 Le phare de l'Espiguette
4114
 Le phare d'Ar-Men 
4115 Le phare du Grand Léjon
4116 Le phare de Porquerolles
4117 Le phare de Chassiron
Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale ET 
 ET gamme de couleurs
 
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots
Google

     
Ce site a été visité 32844258 fois - cette page a été visitée 3334 fois - précédente visite le 20/11/2019 à 22h 19mn
Mois de novembre 2019: 691 401 visites cumulées des pages pour 170 870 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...