Il y a 230 visiteurs en cet instant
Chercher un timbre
 

Timbre de 1950

Madame de Sévigné

Tous droits réservés

Dessiné par Paul-Pierre Lemagny
Gravé par Achille Ouvré
D´après un portrait de Robert Nanteuil

 
Les timbres de l'Ille-et-Vilaine
 
 
Les timbres de célébrités diverses
 
 
Les timbres relatifs à la Littérature et au Théâtre
 
 
Les timbres de la Drôme
 
◆ Les timbres de la région Bretagne
 
◆ Les timbres de la région Auvergne-Rhône-Alpes
 
 
Les timbres de l'année 1950
Voir les 2 timbres de novembre 1950
 
Mme De Sévigné sur le te timbre de 1996
 
Le timbre du château de Grignan où habitait la fille de mme de Sévigné
 
Les timbres commémorant le règne de Louis XIV
 
Femmes remarquables célébrées par des timbres français
 
369 Lien vers le site de l'Office du Tourisme de Vitré: au pays de la Marquise de Sévigné.
Les timbres concernés par ce lien Les timbres concernés par ce site
 
Avec ce timbre : Empreinte de machine à affranchir du Lycée Sévigné à Cesson-Sévigné
Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale
ET   ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots
Premier jour le Samedi 25 novembre 1950 Oblitération spéciale 1er jour à Paris et Grignan (Drôme)
Vente générale le Lundi 27 novembre 1950
Retiré de la vente le Samedi 5 mai 1951 - Retraits de l'année 1951
Valeur faciale : 15,00 F  -  Voir les tarifs au 27 novembre 1950
Affranchissement de la lettre simple pour le régime intérieur et de la carte postale pour l´étranger
Timbre vertical   Taille image : 21,45x36 mm Dimensions totales 26x40 mm   Dentelure 13
Imprimé en taille douce rotative à 50 timbres par feuille
Emis à 3 millions d´exemplaires


Les timbres à date premier jour
Cliquez sur une image pour zoomer
Marie de Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné, femme de lettre née le 5 février 1626, décédée le 17 avril 1696. A écrit la plupart de ses correspondances à sa fille depuis son manoir des Rochers en Bretagne

« Je suis embarrassée dans la vie sans mon consentement. Il faut que j'en sorte: cela m'assomme! »

Marie de Rabutin- Chantal (1626-1696) a de l'esprit et, lorsqu'elle épouse en 1644 le marquis Henri de Sévigné, commence pour elle une existence mondaine brillante. jeune femme à la mode, elle est d'une grande beauté et d'une immense sensibilité. Son imagination fertile avive sa tristesse. «C'est une choses étrange qu'une imagination vive, qui représente toutes choses comme si elles étaient encore: sur cela on songe au présent, et quand on a le cœur comme je l'ai, on meurt.»

Les problèmes de son temps l'animent. Nombreux sont les grands événements sous le règne de Louis XIV. Elle vibre d'angoisse ou d'espérance lorsqu'elle relate le procès du surintendant Fouquet. Son immense amour du verbe transparaît dans tous ses écrits. Ses lettres sont pour elle l'occasion, au delà de l'événement relaté, d'offrir une foultitude de détails ingénieux parés de grâce savamment dosées. Elles sont capitales aussi pour son épanouissement de son penchant maternel. Son infinie tendresse trouve écho dans la relation épistolaire lorsqu'elle dit à sa fille:« Vous vous avisez donc de penser à moi; vous en parlez et vous aimez mieux m'écrire vos sentiments que vous n'aimez me les dire.»

Sous sa plume tout coule avec aisance: dialogue, récits, portraits, réflexions philosophiques, peintures de paysages. "Son heureux tempérament" et son humour lui font écrire à Bussy- Rabutin, parlant de son gendre: "Toutes ses femmes sont mortes, pour faire place à votre cousine." Monsieur De Grignan était deux fois veuf lorsqu'il épousa Françoise-Marguerite.

Si la lettre littéraire est la résultante peaufinée de l'art de la conversation si prisé à la cour et dans les salons, par les quelques mille cinq cents textes constituant un ensemble imposant, Madame de Sévigné sait, dans une langue savoureuse, inventive, apporter à la littérature du XVIIème siècle une note originale.

Cette virtuosité et cet immense don épistolière font de madame de Sévigné un précurseur peu égalé, un chroniqueuse de grand talent.

Dʹaprès Phil@Poste 

1950 - Femmes de Lettres

Voir cette série       • Lister les timbres de cette série
874
 Madame de Sévigné 
875 Madame Récamier 1777 - 1849
Sélections proposées par Amazon
Sélections personnelles

Google

     
Ce site a été visité 25214017 fois - cette page a été visitée 7318 fois - précédente visite le 15/07/2018 à 08h 56mn
Mois de juillet 2018: 515 547 visites cumulées des pages pour 200 958 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...