Il y a 130 visiteurs en cet instant

Les dernières mises à jour des textes accompagnant les timbres effectuées en date du 30 avril 2020

N° Y & T 
Pour voir les timbres concernés cliquez sur leur image
ATTENTION : certains liens internes aux pages de timbres (photos, vidéos) peuvent ne pas fonctionner ici

Né en 1921 à Pékin dans une famille de lettrés, il commence à peindre très jeune en s'imprégnant de la peinture moderne occidentale dont il peut voir des reproductions. C'est ainsi qu'il prend Cézanne pour modèle, apprenant à confronter l'espace de peinture occidentale à celui de la peinture chinoise. Dès que le retour de la paix le lui permet, en 1949, il arrive à Paris où il se forme librement auprès des peintres de sa génération chez qui il découvre une nouvelle abstraction, une abstraction lyrique qui va bouleverser sa peinture.

En 1950, il reçoit un encouragement majeur, celui du poète Henri Michaux. il poursuit à partir de là un développement sans faille, associant la gravure et l'illustration de livres à une peinture qui atteint de très grands formats. mais quels que soient la dimension ou le moyen employés, sa signature est immédiatement reconnaissable à chaque point de la composition, parce qu'il sait nous sortir totalement de notre vision des choses pour nous immerger en étrange pays où se fondent des espaces inventé en Chine avec ceux qui furent conçus en Europe Latine, en étrange durée aussi puisqu'elle semble ne jamais s'interrompre entre les Han d'il y a des millénaires et notre fin du XXe siècle.

Il a ainsi réalisé une synthèse d'une richesse sans pareille entre l'ambition de la peinture chinoise de chercher la structure des choses pour produire un tremplin vers leur dépassement, vers l'infini de l'univers, et l'espace de l'abstraction lyrique, où il a su s'aventurer là où ses lointains prédécesseurs n'osaient pas laisser aussi librement aller leurs pinceaux. Il a gagné sa liberté en empruntant aux deux cultures, dont sa peinture est issue, leurs ouvertures vers la poésie.

Dans la peinture présente, l'art de Zao Wou-Ki se situe ainsi dans un large qui n'ignore pas les tempêtes, mais où se dénouent les tensions; où se défont les contraintes et les pesanteurs, où s'amplifient les élans qui nous portent au-delà de nous mêmes.

Pierre Daix
.
Sources: Collections philatéliques de La Poste
Mis à jour le 30/04/2020 à 17h16

Autoportrait de Nadar Félix Tournachon, dit Nadar, né le 5 ou le 6 avril 1820 au 195, rue Saint-Honoré (ancien IVe arrondissement de Paris, 1er arrondissement actuel) et mort le 20 mars 1910 dans la même ville, est un caricaturiste, écrivain, aéronaute et photographe français.

Il publie à partir de 1854 une série de portraits photographiques de personnalités contemporaines, parmi lesquels Daniel-François-Esprit Auber, Michel Bakounine, Théodore de Banville, Charles Baudelaire, Hector Berlioz, Sarah Bernhardt, Jean-Baptiste Camille Corot, Gustave Courbet, Gustave Doré, Alexandre Dumas, Jules Favre, Loïe Fuller, Constantin Guys, Victor Hugo, Émile Zola, Zadoc Kahn, Charles Le Roux, Franz Liszt, Stéphane Mallarmé, Édouard Manet, Guy de Maupassant, Gérard de Nerval, Jacques Offenbach, les frères Élie et Élisée Reclus, Gioachino Rossini, George Sand, Hector de Sastres, Jules Verne, Richard Wagner et Gustave Bourdin.

Trop souvent réduit à son rôle de photographe, il était aussi un écrivain prolifique dans des genres aussi variés que le roman, la nouvelle, le poème en prose, la brève de comptoir, le témoignage, la plaidoirie ou (sa spécialité) le portrait littéraire.

Le pseudonyme Nadar a également été utilisé par une société constituée autour de son demi-frère Adrien Tournachon sous les formes Nadar jeune et Nadar jne, provoquant parfois la confusion. Un arrêt de la Cour impériale de Paris lui a restitué en 1857 la propriété exclusive de ce pseudonyme, sous lequel il signera ses écrits et qui sera utilisé par son atelier photographique sous la gouverne de son fils Paul.
D’après Wikipédia
Mis à jour le 30/04/2020 à 11h42





Autoportrait tournant de Nadar Félix Tournachon, dit Nadar, né le 5 ou le 6 avril 1820 au 195, rue Saint-Honoré (ancien IVe arrondissement de Paris, 1er arrondissement actuel) et mort le 20 mars 1910 dans la même ville, est un caricaturiste, écrivain, aéronaute et photographe français.

Il publie à partir de 1854 une série de portraits photographiques de personnalités contemporaines, parmi lesquels Daniel-François-Esprit Auber, Michel Bakounine, Théodore de Banville, Charles Baudelaire, Hector Berlioz, Sarah Bernhardt, Jean-Baptiste Camille Corot, Gustave Courbet, Gustave Doré, Alexandre Dumas, Jules Favre, Loïe Fuller, Constantin Guys, Victor Hugo, Émile Zola, Zadoc Kahn, Charles Le Roux, Franz Liszt, Stéphane Mallarmé, Édouard Manet, Guy de Maupassant, Gérard de Nerval, Jacques Offenbach, les frères Élie et Élisée Reclus, Gioachino Rossini, George Sand, Hector de Sastres, Jules Verne, Richard Wagner et Gustave Bourdin.

Trop souvent réduit à son rôle de photographe, il était aussi un écrivain prolifique dans des genres aussi variés que le roman, la nouvelle, le poème en prose, la brève de comptoir, le témoignage, la plaidoirie ou (sa spécialité) le portrait littéraire.

Le pseudonyme Nadar a également été utilisé par une société constituée autour de son demi-frère Adrien Tournachon sous les formes Nadar jeune et Nadar jne, provoquant parfois la confusion. Un arrêt de la Cour impériale de Paris lui a restitué en 1857 la propriété exclusive de ce pseudonyme, sous lequel il signera ses écrits et qui sera utilisé par son atelier photographique sous la gouverne de son fils Paul.
D’après Wikipédia 
Mis à jour le 30/04/2020 à 11h38

Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, fils d'un négociant en philatélie, né à Odessa (Ukraine) le 28 mars 1919 et mort à Paris le 8 mars 1998 est un journaliste, traducteur, écrivain, poète et critique littéraire à Combat (1952/1974), Le Monde (1960/1984), Le Figaro et Le Quotidien de Paris.

Mis à jour le 30/04/2020 à 10h43

Le sanglier de soulac-sur-Mer, en Gironde, est-il le dernier rescapé de la Guerre des Gaules ? Cette œuvre d'art est une enseigne militaire des tribus gauloises. La divinité protectrice qu'elle représente a non seulement échappé à César, mais aussi à l'engloutissement des marées.
La Poste
Mis à jour le 30/04/2020 à 10h17




En usage sous sa forme scripturale le 1er janvier 1999, il est mis en circulation le 31 décembre 2001 à minuit sous sa forme fiduciaire. Il succède à l'ECU, « l'unité de compte européenne » mise en service en 1979.
D’après Wikipédia 
Mis à jour le 30/04/2020 à 08h23


Le timbre représente la place de la Bourse à Bordeaux, le miroir d'eau et le sommet de la colonne des Girondins située sur la place des Quinconces.
Grand Prix 2009 de l’Art Philatélique de la CNEP
Mis à jour le 30/04/2020 à 07h51




EXPOSITION PHILATÉLIQUE DE STRASBOURG 1927

L’initiative de MM. Burrus et Bauer, de la société philatélique L'Union, de Strasbourg, une exposition philatélique est organisée pour le 50e anniversaire de ladite société. À l'occasion de cette exposition, qui se déroule du 4 au 12 juin 1927 dans le palais du Rhin, à Strasbourg, l'administration des Postes émet deux timbres, imprimés sur un petit feuillet de 11 X 14 centimètres, séparés par un intervalle blanc aux dimensions d'un timbre portant l'inscription : « Strasbourg - 1927 ». Ce feuillet est tiré à 50 000 exemplaires.
On ne peut se le procurer qu'en s'acquittant, en plus, du prix de l'entrée de l'exposition, de 5 francs, soit au total 20 francs, ce qui représente quarante fois le montant de l'affranchissement d'une lettre dans le régime intérieur.
Le 12 juin 1927, les 50 000 exemplaires sont vendus, et plus de 100 000 demandes sont insatisfaites. On peut trouver séparément le 5 F et le 10 F, mais ils ont été, dans ce cas, détachés d'un bloc.

D’après «LE PATRIMOINE DU TIMBRE-POSTE FRANÇAIS» Éditions Flohic 1995
sous la direction de Jean-François Brun
Mis à jour le 30/04/2020 à 07h41

Un peu d'histoire

Cette thématique met en lumière divers métiers d'art en France et le savoir-faire rare, traditionnel ou innovant de ces artisans.

Steaven Richard, ferronnier d'art, a imaginé le visuel du timbre. Pour illustrer son approche, il explique que " la ferronnerie d'art évoque bien souvent une image très forte : le forgeron dans l'antre et la chaleur de son atelier, près de sa forge et de son enclume. C'est bien évidement le coeur de notre métier. J'ai voulu le dépoussiérer en mettant au point un nouveau savoir-faire à partir d'une machine à texturer que j'ai développée à la demande d'une grande maison de haute-couture.

Cette nouvelle technique permet aujourd'hui de réaliser des objets les plus variés (luminaire, mobilier, panneaux décoratifs...) à partir de nos planches de métal texturé que nous découpons, plions, soudons avant de les assembler pour effectuer enfin une finition patinée ".

Le métier de ferronnier d'art allie l'amour de la matière et un véritable sens artistique. L'artiste réalise des oeuvres telles que des grilles, des rampes d'escalier ou des objets décoratifs, en mettant en forme le métal, à chaud, en le battant au marteau sur une enclume. C'est un métier qui se pratique avec des méthodes anciennes, mais aussi avec des procédés plus contemporains.

D’après le communiqué de presse de Phil@Poste 
Mis à jour le 30/04/2020 à 07h30
10 
Le timbre représente le château de Falaise d'où partit Guillaume le Conquérant, qui, après avoir franchi la Manche avec sa flotte fut couronné Roi d'Angleterre après sa victoire à Hastings contre le saxon Harold le 14 octobre 1066.
Harold avait bien failli gagner cette bataille, au moment du débarquement normand son armée était plus loin au nord occupée à lutter contre d'autres envahisseurs venus de Norvège. Ses troupes hâtivement rassemblées avaient stoppé l'invasion normande qui subit de lourdes pertes, Guillaume eut alors recours à la même ruse que celle d' Horace devant les Curiaces : il feint la fuite et la débandade, les anglais poursuivirent en ordre dispersé ses troupes; arrivé à Hastings Guillaume sonna le regroupement et décima l'armée anglaise dispersée et prise au dépourvu.
Ce fut un véritable massacre, la noblesse anglaise, dont Harold, fut anéantie ce qui facilita l'installation de la nouvelle élite normande.
Les paysans anglais oppressés par leurs souverains espérèrent un moment que ce nouveau régime allégerait leur sort, hélas pour eux ce fut bien pire: Guillaume désireux de marquer l'Angleterre de son empreinte fut pris d'une frénésie de construction de nouveaux châteaux et d'édifices religieux. Il alourdit ainsi considérablement le poids de l'impôt tout en mettant en place un pouvoir despotique impitoyable.
La nouvelle cour royale mise en place par Guillaume parlait le français, langue qui s'imposa très vite au détriment de l'anglais d'alors, c'est à cette époque que s'est formée la langue anglaise actuelle dont le vocabulaire comporte plus de 80% de mots issus du français.
B.L.
Mis à jour le 30/04/2020 à 07h28


     
Ce site a été visité 35817634 fois - cette page a été visitée 6825 fois - précédente visite le 30/09/2020 à 07h 33mn
Mois de septembre 2020: 1 455 469 visites cumulées des pages pour 712 287 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...