Il y a 1002 visiteurs en cet instant

Les dernières mises à jour des textes accompagnant les timbres effectuées en date du 21 juillet 2021

N° Y & T 
Pour voir les timbres concernés cliquez sur leur image
ATTENTION : certains liens internes aux pages de timbres (photos, vidéos) peuvent ne pas fonctionner ici



Un peu d’histoire
Elle existe sous l’Antiquité, et probablement dès la préhistoire, dans toutes les civilisations : Grèce, Rome, Égypte, Amérique précolombienne, Amazonie, Afrique, Amérique du Nord, Inde, Océanie, Australie, Chine, Japon… Elle orne les objets religieux ou rituels, le vêtement militaire, la mode, la décoration, le spectacle, la musique, la bijouterie, l’horlogerie.
L’assemblage des plumes est assuré par le collage, la couture et la monture. Le brûlage, la découpe, le frisage, l’oxygénation, le parage, la teinture transforment leur aspect.

La plume a souvent une valeur symbolique et sacrée (en Amérique, parures pour les événements religieux, dont vêtements, bijoux et coiffes, et, pour les rites funéraires, masques et linceuls ; au Japon, manteaux de samouraï, ornements de casques, étuis de lance).
Très présente en Europe du XIIIe au XVIe siècle, elle ne cesse de se développer aux XVIIe et XVIIIe. Les techniques sont exposées dans L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Son âge d’or va de 1890 à la Première Guerre mondiale. Dans les années soixante, avec la fin du port du chapeau, elle disparaît un temps pour renaître à la fin du XXe siècle quand les créateurs (Alexander McQueen, Philip Treacy, Stephen Jones, Jean-Paul Gaultier…) la remettent à la mode.
Aujourd’hui, la plumasserie se pratique de la même manière, même si la technologie offre de nouvelles possibilités (nouveaux colorants et colles, brûlage et découpe au laser). Elle se pratique dans plusieurs types d’ateliers et chez des artisans : ceux de la mode et de la haute couture, du costume de scène, du cinéma, de l’opéra et du music-hall, de la décoration intérieure et des luminaires, des cabinets de curiosités et dans les ateliers travaillant pour l’horlogerie et la bijouterie.
© La Poste - Dominique Pilliard, plumassier et formateur au Lycée Octave Feuillet -Tous droits réservés
D’après le communiqué de presse de Phil@Poste 
Mis à jour le 21/07/2021 à 08h54



En quoi consiste ce métier ?

« La base du métier, c'est le dessin. » Car le ferronnier d'art est un créateur. Il conçoit et réalise des ouvrages en fer, en cuivre, mais aussi en inox, en acier, ou en plomb, destinés à la décoration intérieure (chenets, tables, lampadaires) et extérieure (portails, rampes d'escalier, grilles).

Qu'il s'agisse de créations contemporaines, de copies ou de restauration de modèles anciens, le ferronnier allie sens artistique et bonne connaissance du dessin (géométrique et d'art). Il travaille à partir d'esquisses, mais aussi de mesures et de repérages. Les pièces sont façonnées à la forge, en recherchant la perfection des volutes et des courbes. Les feuillagistes sont spécialisés dans l'élaboration de motifs ornementaux. Le ferronnier d'art peut être salarié ou artisan.
D’aprèsl’ ONISEP 
Mis à jour le 21/07/2021 à 08h24
Lister les 20 dernières mises à jour des textes accompagnant les timbres

Google  

       


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...