Il y a 290 visiteurs en cet instant
Chercher un timbre
 

Timbre autoadhésif de 2020

Un cabinet de curiosités
J.-B. Corot - La dame en bleu

Image du timbre J.-B. Corot - La dame en bleu
Tous droits réservés

Mis en page par Christelle Guénot
D´après une photo de Adrien Didierjean
Dist. RMN Grand Palais

Zoom sur le timbre
 
Les timbres autoadhésifs
 
 
Les timbres de l'année 2020
Voir les 23 timbres de mars 2020
 
Le timbre de 1977
 
Le timbre de 1996
 
Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale ET 
 ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots
Vers le bas

Le timbre
Premier jour le Vendredi 6 mars 2020
Oblitération illustrée 1er jour à PARIS (75) Le Carré d'Encre, de 10H à 17H, 13 bis rue des Mathurins, 75009 PARIS.
Christelle Guénot animera une séance de dédicaces de 12H à 13H le vendredi 6 mars.
Valeur faciale : 0,97 €  - Voir les tarifs au 9 mars 2020
Affranchissement de la lettre verte jusqu'à 20g pour la France, Monaco, Andorre et secteurs postaux (armée)
Imprimé à 12 timbres par carnet
Une bande phosphorescente
Émis à 3 000 000 exemplaires - voir les tirages de 2020
 Mis à jour le 02/01/2020 


Le timbre à date premier jour : Christelle Guénot
Zoom : Cliquez sur l'image

2020 - Cabinet de curiosités

Voir cette série       • Lister les timbres de cette série
- Tulipe bossuelle
- Cadran solaire
- Nautile monté en hanap
- Art Inde
- Chouette chevêche des terriers naturalisée
- Pêche aux harengs
-
 J.-B. Corot - La dame en bleu 
- Gastéropode
- Aiguière
- De Rhinocerote
- Tatous
- Sphère armillaire
- Un cabinet de curiosités
Jean-Baptiste Camille Corot, né le 16 juillet 1796 à Paris et mort dans le 10e arrondissement de Paris, au 56 de la rue du Faubourg-Poissonnière, le 22 février 1875, est un peintre et graveur français.

Il passa longtemps pour un peintre amateur qui avait tout loisir de voyager non seulement un peu partout en France, mais aussi en Italie, où il résida à trois reprises. Au cours de ses pérégrinations, il ne cessa de peindre des paysages idylliques, généralement étoffés de petits personnages, selon les règles du paysage classique. Il est l'un des fondateurs de l'école de Barbizon.
D’après Wikipédia

En 1826, lorsque Camille Corot peint l'étude pour Narni: le pont d'Auguste sur la Nera (musée du Louvre), il a 30 ans. Il a enfin échappé à une carrière de négociant et obtenu de ses parents l'autorisation d'être peintre à part entière. Il dispose désormais d'une petite rente et séjourne à Rome pour la première fois. Sa formation artistique tient à très peu: l'académie suisse le soir, puis les conseil d'Achille Michallon et de Jean-Victor Bertin, tous deux peintres paysagistes, dont il fréquente un temps l'atelier et qui l'incitent à exprimer vraiment la nature.

A Rome, Corot est fasciné par des paysages qui contrastent avec ceux de l'Île de France comme par la couleur méditerranéenne qui structure et découpe les formes. Dès lors, c'est par l'étude en plein air, qu'il s'efforce d'échapper à l'académisme ambiant et tente de recréer un art classique et réaliste à la fois. Les œuvres réalisées à partir d'un même sujet comme le Pont de Narni sont exemplaire de la pratique de Corot. Sur le motif et d'après nature, l'artiste construit et compose son paysage, selon une certaine ordonnance des valeurs savamment modulées, à laquelle il sera fidèle tout au long de sa carrière. Puis, en fonction de la lumière et des accords subtils susceptibles de s'instaurer entre les tonalités plus sombres des arbres et celles plus claires et légères où se mêlent l'eau et la terre, l'artiste laisse libre cours à sa subjectivité.

Il y a là une spontanéité de la vision et une fraîcheur d'expression qui, en se conjuguant avec l'émotion livrée par une touche d'une extrême liberté, annoncent largement es œuvres des impressionnistes. Plus tard et partant de cette étude, en tant que mémoire d'un instant vécu, Corot réalise dans l'atelier une œuvre beaucoup plus élaborée et plus distancée, dans laquelle il intègre, très souvent, des personnages mythologiques ou bucoliques, comme dans ce même Pont de Narni, présenté au Salon de 1827 (National Gallery d'Ottawa), pour lequel on serait tenté d'évoquer parmi ses illustres prédécesseurs : Poussin et Claude Lorrain.

Personnage solitaire, pour qui la gloire ne viendra qu'à l'approche de la soixantaine, contemporain de deux géants: Delacroix et Ingres, Corot, grâce aux nombreuses esquisses réalisées d'après nature, a, semble t-il, trouvé aujourd'hui sa place dans l'Histoire, dans la mesure où il fait figure de jalon entre classicisme et impressionnisme.

Maïten Bouisset.
Sources: Collections philatéliques de La Poste
Mis à jour le 14/03/2020 à 18h17
Google

     
Ce site a été visité 35495989 fois - cette page a été visitée 1001 fois - précédente visite le 10/08/2020 à 18h 07mn
Mois de août 2020: 446 800 visites cumulées des pages pour 125 235 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...