Il y a 2165 visiteurs en cet instant
Timbres   Yvert & Tellier n° 2634
Chercher n°
Chercher un timbre
   ou

Timbre de 1990

Charles de Gaulle 1890-1970

Image du timbre Charles de Gaulle 1890-1970
Tous droits réservés

Dessiné par Huguette Sainson
Gravé par Claude Durrens

Zoom sur le timbre
 
Les timbres de célébrités diverses
 
Les timbres évoquant les
Présidents de la République Française
 
 
Les timbres de l'année 1990
Voir les 4 timbres de février 1990
 
Les timbres relatifs à Charles de Gaulle
 
Les timbres évoquant la ville de Lille
 
535 Lien vers le site «Wikipédia, l'encyclopédie libre en ligne», biographie, portrait et oeuvres de Charles de Gaulle
Les timbres concernés par ce lien Les timbres concernés par ce site
 
35 Lien vers le site «charles-de-gaulle.org» Chronologies détaillée de la vie du Général de Gaulle
Les timbres concernés par ce lien Les timbres concernés par ce site
 

Le timbre
Premier jour le Samedi 24 février 1990
à Lille (Nord)
Vente générale le Lundi 26 février 1990
Retiré de la vente le Vendredi 11 janvier 1991 - Voir les retraits de l’année 1991
Valeur faciale : 2,30 F Voir les tarifs au 26 février 1990
Affranchissement de la lettre jusqu'à 20g pour la France métropolitaine
Vendu à 27 279 272 exemplaires - voir les tirages de 1990
 Mis à jour le 16/03/2021 


Le timbre à date premier jour
Zoom : Cliquez sur l'image

Cliquez pour zoomer

Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale ET 
 ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots

Le Général de Gaulle en quelques mots plus ou moins personnels

Charles de Gaulle est né le 22 novembre 1890 à Lille.
Ancien élève de l’École militaire de Saint-Cyr il fait la guerre de 14-18 comme lieutenant puis comme capitaine où il se fait remarquer par son esprit d’indépendance et sa combativité. Il finira cette première guerre prisonnier des Allemands.
Entre les deux guerres il poursuit sa carrière militaire et littéraire.
Il est colonel en 1939 quand la France et l’Angleterre déclarent la guerre à l’Allemagne et en 1940 il dirige la 4ème division de cuirassés (les blindés), il y remporte le 15 mai 1940 la seule victoire française contre les allemands à Montcornet (Aisne). C’est du moins ce que nos livres d’Histoire nous enseignent, or selon un article très documenté du quotidien Le Figaro sous le titre «Montcornet, une victoire en trompe-l’œil» il en serait tout autre. À vous de juger...

Grâce à ses livres et à ses actions il est connu des milieux politiques pour ses théories sur la guerre moderne, il est promu général de Division (2 étoiles) le 1er juin 1940 et aussitôt après il est nommé sous-secrétaire d’État de la Guerre, mais c’est un peu tard car l’armée allemande, qui a déjà mis en pratique ce que préconisait notamment De Gaulle, avance très vite.
De Gaulle part alors en mission à Londres et le 18 juin, c’est à dire seulement quelques jours après avoir pris ses nouvelles fonctions militaires et politiques, il lance son fameux appel du 18 juin. Cela n’empêchera pas la France de perdre rapidement la guerre, mais au moins cela aura servi à sauver l’honneur et à coordonner la résistance.
Après avoir fondé le Conseil National de la Résistance il dirige les opérations de celle-ci depuis Londres pendant que Jean Moulin la structure sur le terrain en France occupée.
A la Libération Charles de Gaulle revient à Paris et prend la direction du gouvernement provisoire, cette fois-ci, grâce au général Leclerc, il a pris de vitesse non pas les allemands, mais ses alliés américains qui, craignait-il, voulaient imposer des dirigeants nommés par eux de peur de voir la France dirigée par les communistes.
De Gaulle sait qu’il faut être rapide en ces périodes de troubles d’après-guerre, il lance toutes les réformes politiques indispensables à la consolidation du pouvoir et à une rénovation de la vie politique et démocratique. Mais les partis traditionnels de droite et de gauche le craignent et l’obligent à partir. Il a quand même eu le temps de créer la Sécurité Sociale et de s’inspirer de la Turquie en donnant le droit de vote aux femmes.

De Gaulle démissionne du gouvernement en janvier 1946, le 16 juin de la même année il prononce le discours de Bayeux où il dresse les grandes lignes de ce que sera plus tard le régime de la Vème République.

Il fonde son propre parti, le RPF, et entame sa traversée du désert en même temps qu’il entre dans les livres d’histoire au même titre que Jeanne d’Arc, excellent moyen pour les politiciens de l’époque de le faire passer pour un personnage du passé dans la tête des écoliers et lycéens.

Je me souviens d’ailleurs en mai 1958, j’avais 16 ans, des inscriptions sur la chaussée et les murs appelant «De Gaulle au pouvoir» m’avaient intrigué un peu comme si on avait écrit «Jeanne d’Arc au pouvoir», comment un personnage de nos livres d’histoire peut-il bien pouvoir en sortir me disais-je ?

Et à ma grande surprise il en est sorti !

Le 21 décembre 1958 Charles de Gaulle est élu président de la République française et établit la Vème République. Il essaye de terminer la guerre d’Algérie, que l’on n’appelait d’ailleurs pas "guerre" mais évènements, pacification, etc.. En 1962 il y met fin par les accords d’Évian. La France, cette fois-ci a militairement péniblement gagné cette guerre de 8 ans au prix de trop nombreuses victimes, mais elle l’a perdue politiquement, les années 60 étant dans le monde les années de la décolonisation.

Pour la première fois depuis 1946 la France n’est plus en guerre et de plus, grâce notamment à l’amitié entre De Gaulle et Adenauer elle est réconciliée avec l’Allemagne.
En 1965 Charles de Gaulle est élu président de la République au suffrage universel, après avoir quand même été mis en ballotage par un certain François Mitterrand.
Trois ans après De Gaulle est mis en difficulté par le mouvement étudiant et ouvrier de mai 1968, et c’est le général Massu, l’homme de 1958, qui, en allant le chercher à Baden-Baden où il s’était réfugié, va lui redonner le courage de continuer sa mission malgré la "chienlit" comme disait De Gaulle. C’est Georges Pompidou, son Premier Ministre qui œuvrera habilement pour que les révoltes de mai 1968 ne versent pas dans la violence et l’anarchie.
En 1969 il veut réformer par référendum les institutions, notamment en supprimant le Sénat trop représentatif des campagnes en voie de dépeuplement, mais les électeurs disent non à De Gaulle plus qu’à sa réforme. En cas d’échec De Gaulle avait promis ou menacé qu’il quitterait la vie politique, il tient parole et démissionne le 28 avril 1969. Il se retire cette fois définitivement et retourne dans l’Histoire.

Il meurt le 9 novembre 1970 en sa maison de Colombey-les-Deux-Églises (Haute-Marne).
B.L.


Pour des recherches avancées cliquez ici
Mots-clés spécifiques représentatifs de l'image
charles de gaulle   croix de lorraine   general   portrait  

       


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...