Il y a 485 visiteurs en cet instant
Chercher un timbre
 

Bande-carnet de 1993

«Le plaisir d'écrire» vu par 12 auteurs de BD

Image du timbre
Tous droits réservés

Maquette de René Dessirier

Zoom sur le timbre
 
Les timbres divers
 
Les timbres issus de bandes dessinées ou de dessins animés
 
 
Les timbres de l'année 1993
Voir les 19 timbres d'octobre 1993
 
Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale ET 
 ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots
Vers le bas
Le plaisir d'écrire
Dans un monde où la communication rapide tient lieu de dogme, le téléphone a tout naturellement conquis la première place. Mais les mots échangés par le câble téléphonique n'ont qu'une vie éphémère. A peine prononcés, ils sont précipités dans l'oubli, bousculés par leurs congénères proclamant eux aussi leur droit à l'existence. Triste sort que celui de ces paroles volatiles qui ne laisseront rien à la postérité. Heureux statut que celui des mots couchés sur le papier, lus et relus, appelés à conserver notre mémoire. Écrire, voilà un verbe sujet à compléments.
Il est révolu le temps des moines qui se livraient au dur labeur de la copie. "Le travail est rude, disait l'un d'eux : il brouille la vue, courbe le dos, écrase le ventre et les côtes, tenaille les reins et laisse tout le corps douloureux". Encore au XIXe siècle, éducateurs et médecins étudient-ils avec soin la position du corps et du cahier afin d'éviter les déformations osseuses et les risques de myopie. La crampe de la main est une véritable obsession ; en témoignent les dizaines de brevets qui furent déposés pour des appareils destinés à lutter contre cet autre mal du siècle. Pour certains, l'écriture est, au contraire, une source de jouissance corporelle : "Dans l'écriture, dit Roland Barthes, mon corps jouit de tracer, d'inciser rythmiquement une surface vierge..."
Le choix de la plume n'est pas indifférent à l'épîstolïer. La plume d'oie a longtemps été l'instrument privilégié de l'écrivain. Mais, pour les occasions exceptionnelles, on recommandait l'usage de la plume de paon ou de pélican. Malheureusement, les modestes volatiles n'ont pas fait le poids devant les Sergent-major, bataillon de plumes au caractère d'acier. A leur tour, ces dernières céderont le pas à la bille du stylo.
Au-delà des sensations physiques procurées par le geste de l'écriture, il y a, dans l'acte même, une source de plaisir qu'étendent a l'infini les mille et un événements heureux qui ponctuent notre existence. La vie, en effet, multiplie les occasions d'écrire. Quoi de plus délicieux que d'annoncer une naissance, un mariage, la réussite à un examen ? À la joie d'écrire une lettre répond le plaisir de sa lecture. En effet, placé sous le signe du partage, le plaisir de l'épistolier se prolonge à l'idée que la bonne nouvelle provoquera une joie intense chez son destinataire.
Rien ne remplace la force des mots et rien n'est plus simple que d'envoyer ses félicitations, ses vœux, souhaiter une bonne fête ou un joyeux anniversaire. Veut-on déclarer sa flamme à l'être aimé dans le silence ? Prendre la plume est le moyen le plus sûr pour y parvenir. La lettre affranchit de la timidité : l'amoureux transi dévoilera plus facilement ses sentiments par la médiation du facteur que devant sa belle. C'est une partie de soi-même que l'on met à l'intérieur de la lettre. Combien de jeunes gens n'ont-ils pas gardé sur leur cœur la missive parfumée ? Enfin il n'est peut-être pas d'acte plus social que d'écrire une lettre. La correspondance épistolaire rapproche les familles dont tes liens se sont distendus en raison des obligations professionnelles, du départ au régiment ou de la nécessité de quitter le foyer pour suivre des études à la ville. Écrire rompt la solitude et apporte le réconfort.
Nul besoin de talent pour écrire une lettre, il faut surtout du cœur... À chacun son style. C'est avec leurs mots que douze artistes de la bande dessinée ont décliné le plaisir d'écrire. Douze timbres-poste qui sont comme un appel à lutter contre l'oubli...
Couverture d'après une maquette de René Dessirier.


Le timbre à date premier jour
Zoom : Cliquez sur l'image

1993 - «Le plaisir d´écrire» vu par 12 auteurs de BD

Voir cette série       • Lister les timbres de cette série
2836 «Bonne fête» par Claire Wendling
2837 «Bonne fête» par Bernard Olivié
2838 «Joyeux anniversaire» par Stéphane Colman
2839 «Joyeux anniversaire» par Guillaume Sorel
2840 «Avec flamme» par Jean-Michel Thiriet
2841 «Plaisir d'écrire» par Etienne Davodeau
2842 «Félicitations» par Johan de Moor
2843 «Bonne chance» par P. de Mezembourg (Mezzo)
2844 «Meilleurs vœux» par Nicolas de Crécy
2845 «Meilleurs vœux» par Florence Magnin
2846 «Joyeux Noël» par Thierry Robin
2847 «Joyeux Noël» par Patrick Prugne
2848 BC
 «Le plaisir d'écrire» vu par 12 auteurs de BD 
Google

     
Ce site a été visité 32844789 fois - cette page a été visitée 5677 fois - précédente visite le 21/11/2019 à 16h 30mn
Mois de novembre 2019: 694 150 visites cumulées des pages pour 171 403 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...