Il y a 352 visiteurs en cet instant
Chercher un timbre
 

Timbre de 1993

Logo Croix-Rouge Croix-Rouge française Logo Croix-Rouge
Image de Metz - Saint Nicolas

Image du timbre Image de Metz - Saint Nicolas
Tous droits réservés

Mis en page par Jean-Paul Véret-Lemarinier
Gravé par Claude Durrens

Zoom sur le timbre
 
Les timbres de la Croix-Rouge française
 
 
Les timbres de la Moselle
 
◆ Les timbres de la région Grand-Est
 
Timbres évoquant des personnalités religieuses
 
 
Les timbres de l'année 1993
Voir les 7 timbres de novembre 1993
 
Le timbre de 1951
 
Les timbres de évoquant Noël, la Vierge à l'Enfant, le Père Noël, le sapin de Noël et les santons provençaux.
 
Les timbres évoquant la ville de Metz
 
Le timbre des saint patrons et des saintes patronnes
 
Les saints et les saintes glorifiés par le timbre
 
Vers le bas

Le timbre
Premier jour le Samedi 27 novembre 1993
Oblitération illustrée 1er jour à Metz (Moselle)
Vente générale le Lundi 29 novembre 1993
Retiré de la vente le Vendredi 9 septembre 1994 - Voir les retraits de l’année 1994
Valeur faciale : 2,80 F Voir les tarifs au 29 novembre 1993
Affranchissement de la lettre de moins de 20g vers la zone 1 (Union européenne, Liechtenstein, Saint-Marin, Suisse et Vatican)
Affranchissement de la lettre prioritaire jusqu'à  20g pour la France
Surtaxe : 0,60F  au profit de la Croix-Rouge française
Timbre vertical     Dentelure 12½x13
Imprimé en taille douce rotative
Vendu à 1 749 138 exemplaires et 898 823 carnets - voir les tirages de 1993
 Mis à jour le 17/02/2019 


Le timbre à date premier jour
Zoom : Cliquez sur l'image

Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale ET 
 ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots

Saint Nicolas et sa légende

Saint Nicolas et le Père Fouettard
Saint Nicolas et le Père Fouettard
En Lorraine, la fête a une importance particulière, puisque saint Nicolas est le patron de la région depuis 1477. En effet, alors que la Lorraine était occupée par la Bourgogne, le duc René II demanda la victoire à saint Nicolas. À la suite de la victoire de la bataille de Nancy, saint Nicolas deviendra patron de la Lorraine et des Lorrains.

Jusque vers les années 1960, la Saint-Nicolas était pour les enfants une fête bien plus importante que la fête de Noël. De nos jours, dans certaines familles lorraines, la tradition des cadeaux se fait à la Saint-Nicolas et non à Noël, voire parfois aux deux fêtes. Dans toutes les villes, et notamment à Metz, Nancy, Épinal, Saint-Dié, Bar-le-Duc ou encore Verdun, le défilé de saint Nicolas est devenu une tradition au fil du temps, le premier samedi ou le premier dimanche de décembre. Parfois monté sur un âne, il est suivi du sombre père Fouettard.

La légende
La légende du Saint Nicolas raconte que, dans la région Lorraine, entre Nancy et Metz, l'hiver approchant, trois enfants, partis glaner dans les champs, se perdirent sur le chemin du retour. Attirés par la lumière filtrant des fenêtres d'une maison, ils s'approchèrent et frappèrent à la porte.
L'homme qui leur ouvrit, Pierre Lenoir (Peter Schwartz dans la culture germanique), boucher de son état, accepta de leur donner l'hospitalité pour la nuit. En fait, sitôt les enfants entrés, il les tua, puis à l'aide de son grand couteau, les coupa en petits morceaux, pour finalement les mettre dans son saloir (un grand baquet empli de sel), afin d'en faire du petit salé.
Saint Nicolas, chevauchant son âne, vint à passer par là et frappa à son tour à la porte du boucher. L'homme, n'osant pas rejeter un évêque, le convia à dîner. Son invité lui demandant du petit salé, le boucher comprit qu'il était découvert et, pris au piège, avoua tout. Le saint homme étendit alors trois doigts au dessus du tonneau de petit salé, reconstituant et ressuscitant ainsi les trois enfants.
Saint Nicolas enchaîna le boucher à son âne et le garda auprès de lui pour le punir. Il devint le père Fouettard, être mauvais, dont le rôle est de réprimander les enfants désobéissants et les cancres, fort de son caractère violent et irascible. Toujours vêtu de noir, caché sous une cagoule et une épaisse barbe noire, il incarne tout l'opposé de Saint Nicolas, en somme, qui arbore une belle barbe blanche, des vêtements colorés d'évêque (mauve et blanc, avec une crosse, dorée à l'origine, puis rouge et blanche, ce qui le rapproche du Père Noël actuel (Saint Nikolaus devint Santa Klaus)), et donne toujours l'image d'une personne bienveillante.

Une partie des attributs régionaux de saint Nicolas serait inspirée du dieu scandinave Odin. En effet, ce dernier est toujours accompagné de ses deux corbeaux « qui voient tout », et de son cheval Sleipnir, tout comme saint Nicolas est dans certaines régions accompagné de deux Zwarte Pieten et de son cheval.

D’après Wikipédia 
Google

     
Ce site a été visité 32996417 fois - cette page a été visitée 4295 fois - précédente visite le 14/12/2019 à 17h 01mn
Mois de décembre 2019: 597 735 visites cumulées des pages pour 138 813 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...