Il y a 286 visiteurs en cet instant
Chercher un timbre
 

Timbre de 1999

Van Dyck 1599-1641

Image du timbre Van Dyck 1599-1641
Tous droits réservés

D’après un tableau de Van Dyck
Mis en page par Jean-Paul Cousin

Zoom sur le timbre
 
Les timbres d’Arts, artisanat, cinéma ou photo
 
Timbres du «Musée Imaginaire»
 
Timbres évoquant la Belgique
 
 
Les timbres de l'année 1999
Voir les 4 timbres de novembre 1999
 
15 La reproduction du tableau de Van Dyck «Charles 1er à la chasse» - Musée du Louvre - Paris
   
 
175 Lien vers le site du Musée Jacquemart-André», Exposition Van Dyck du 8 Octobre 2008 au 25 Janvier 2009 et biographie de Van Dyck
  Les timbres concernés par ce site
 
120 Lien vers le site «Wikipédia, l´encyclopédie libre en ligne» biographie et oeuvres de VanDyck
  Les timbres concernés par ce site
 
Vers le bas
Timbre représentant un détail du portrait de «Charles 1er à la chasse»,
émis pour le 400ème anniversaire de la naissance du peintre flamand
Antoon Van Dyck ( 22/03/1599 - 9/12/1641) qui a laissé son nom à une couleur:
le «brun Van Dyck»


Le timbre
Premier jour le Jeudi 11 novembre 1999
Oblitération illustrée 1er jour à Paris
Vente générale le Lundi 15 novembre 1999
Retiré de la vente le Vendredi 9 février 2001 - Voir les retraits de l’année 2001
Valeur faciale : 6,70 F Voir les tarifs au 15 novembre 1999
Affranchissement de la lettre de 50 à  100g pour la France métropolitaine
Vendu à 4 834 869 exemplaires - voir les tirages de 1999
 Mis à jour le 22/03/2017 


Le timbre à date premier jour : Michel Durand-Mégret
Zoom : Cliquez sur l'image

Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale ET 
 ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots


La précocité des dons artistiques d'Anton Van Dyck, comme son extrême capacité au travail expliquent, en grande partie, sa fulgurante et brillante carrière. Inscrit comme apprenti dès l'âge de 10 ans, il n'en a que 19 lorsqu'il est reçu maître de la Guilde de saint-Luc d'Anvers. Très vite, les commandes affluent et s'il lui arrive d'exécuter de nombreux sujet religieux, on le sollicite surtout pour des portraits, genre dans lequel son génie devait rapidement s'affirmer, dans le même temps il devint l'un des collaborateurs favoris de Rubens.

Van Dyck se rend ensuite en Italie, où il visite les grands foyers artistiques, approfondissant ainsi, en particulier sous l'influence des oeuvres du Titien, sons sens de l'harmonie et ses qualités de coloriste. A Gênes, il devient le portraitiste recherché d'une aristocratie qui apprécie le raffinement d'un artiste qui sait flatter ses modèles, tout en les individualisant. Réduisant les figures, allongeant les silhouettes, le peintre les saisit en pied, dans de savantes mises en scène ou se mêlent colonnes et tentures, mettant en valeur la noblesse racée d'une attitude ou d'un drapé d'une étoffe précieuse, dont il module à souhait la subtilité des coloris.

En 1632, Van Dick est appelé à la cour de Charles Ier d'Angleterre, qui le comble d'honneur et dont il devient le peintre attitré. Les commandes royales vont lui permettre de réaliser des oeuvres de très grand format, comme « l'effigie de Charles Ier à la chasse » (musée du Louvre). Le souverain sans attribut royal, est représenté debout avec en arrière-plan un paysage, brossé dans une pâte légère, dont le chromatisme savamment élaboré semble répondre aux couleurs et textures du costume du monarque. Avec un remarquable savoir-faire tout en souplesse, assorti d'une pratique picturale que l'on a pu qualifier de "frémissante et quelque peu sentimentale", le peintre cerne parfaitement l'individualité du personnage, lui imprimant le reflet de son propre idéal, fait d'une certaine grâce teintée de mélancolie. Après plusieurs séjours sur le continent, Van Dick malade, rentre à Londres et meurt à 42 ans. Son influence devait s'avérer considérable sur l'évolution du portrait d'apparat à partir de la seconde moitié du XVIIème siècle, tant en Angleterre que dans toute l'Europe.

Maïten Bouisset.
Sources: Collections philatéliques de La Poste

Google

     
Ce site a été visité 35553955 fois - cette page a été visitée 5125 fois - précédente visite le 15/08/2020 à 03h 37mn
Mois de août 2020: 639 831 visites cumulées des pages pour 183 192 visites du site.


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...