Il y a 541 visiteurs en cet instant
Logo Phil-Ouest

Les dernières mises à jour des textes accompagnant les timbres effectuées en date du 29 novembre 2020

N° Y & T 
Pour voir les timbres concernés cliquez sur leur image
ATTENTION : certains liens internes aux pages de timbres (photos, vidéos) peuvent ne pas fonctionner ici
Dernière  MàJ
Dernière  MàJ
Dernière  MàJ
Dernière  MàJ
Le premier timbre est illustré par le Bassin de l'Encelade à Versailles, le second par Le Grand Parterre du Château de Chantilly, dont les jardins comptent parmi les plus belles créations d'André Le Nôtre.
Le fond de bloc reprend une vue de la grande perspective du château de Versailles ainsi que des fonds de cartes ayant servi à la réalisation des jardins à la française. Certaines figures de tailles de buis décorent les bordures du bloc.

Un peu d'histoire..
André Le Nôtre naît dans une longue lignée d'experts jardiniers : son père est jardinier du roi aux Tuileries, son grand-père fournissait des semences à la cour de Marie de Médicis, son parrain est contrôleur des jardins... Né à Paris le 12 mars 1613, il va durant son adolescence suivre des cours autant techniques (agronomie, mathématiques, hydrologie...) qu'artistiques (en travaillant notamment l'architecture et l'art de la perspective auprès du peintre officiel de la Cour).
C'est à l'âge de 22 ans qu'il devient premier jardinier du duc d'Orléans, frère du Roi Louis XIV, en charge des jardins de St Cloud et du Luxembourg.
Il va moderniser les jardins de Fontainebleau, puis créer l'ensemble des espaces du château de Vaux-le-Vicomte et sa réputation de créateur dépasse bientôt les frontières. Entre 1662 et 1687, il dessine les jardins de Versailles, puis transforme ceux du château de Chantilly. Travaux gigantesques qui vont déplacer à force d'hommes des tonnes de terre, détourner le cours de rivières, assainir des hectares de marécages.
Le Nôtre donna toute sa dimension au concept de jardins à la française aux tracés géométriques, glorifiant l'art de l'ordre et de la symétrie et ennoblissant les perspectives. Le modèle français est encore de nos jours la référence ultime de la maîtrise paysagère. Après avoir œuvré durant 87 ans à la magnificence de jardins en France et à l'étranger, notamment en Angleterre et en Italie, il meurt à Paris le 15 septembre 1700. En restant pour l'histoire le jardinier du Roi et le roi des jardiniers.
D’après Phil@Poste
Mis à jour le 29/11/2020 à 13h40
Lister les 20 dernières mises à jour des textes accompagnant les timbres


Google  

       


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...