Il y a 601 visiteurs en cet instant
Timbres   Yvert & Tellier n° 1983
Chercher n°
Chercher un timbre
   ou

Timbre de 1978

Carrousel sous Louis XIV
Amiger et Ephebus persæ
Les Tuileries 1662

Image du timbre Carrousel sous Louis XIVAmiger et Ephebus persæLes Tuileries 1662
Tous droits réservés

Gravé par Eugène Lacaque
D'après une gravure réalisée par François Chauveau et Israël Silvestre pour le "Cabinet du Roy" (Musée du Louvre, département des Arts graphiques et bibliothèque municipale de Versailles)

Zoom sur le timbre
 
Les timbres d’Arts, artisanat, cinéma ou photo
 
 
Les timbres des Yvelines
 
◆ Les timbres de la région Île-de-France
 
Timbres du «Musée Imaginaire»
 
 
Les timbres de l'année 1978
Voir les 9 timbres de janvier 1978
 
Les timbres commémorant
le règne de Louis XIV
 
Lien vers le site «Les carnets de Versailles»
Le Grand Carrousel des Tuileries, le 5 juin 1662
   
 
Lien vers «Wikipédia», l'encyclopédie libre.
Le Grand Carrousel de 1662
  Les timbres concernés par ce site
 
117 Lien vers le site «Wikipédia, l'encyclopédie libre en ligne», biographie, portrait et œuvres d'Israël Silvestre
  Les timbres concernés par ce site
 
Le timbre reproduit une gravure de Louis Chauveau et d'Israël Silvestre représentant des cavaliers déguisés en persans, tels qu'on se les imaginait à l'époque du Roi Soleil, lors d'une grandiose fête-carrousel donnée en 1662 par Louis XIV à l'occasion de la naissance du Dauphin
Mis à jour le 10/05/2020 à 19h33

Le timbre
Premier jour le Samedi 14 janvier 1978
à Versailles (Yvelines)
Vente générale le Lundi 16 janvier 1978
Retiré de la vente le Mardi 6 février 1979 - Voir les retraits de l’année 1979
Valeur faciale : 2,00 F Voir les tarifs au 16 janvier 1978
Émis à 6 millions d´exemplaires - voir les tirages de 1978
 Mis à jour le 10/05/2020 

Le timbre à date

Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale ET 
 ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots

Gravure des Ateliers d'Art des Musées Nationaux

La naissance du Dauphin donne à Louis XIV l’occasion d’organiser une première grande fête équestre les 5 et le 6 juin 1662 à Paris. Les 1 287 participants, tous nobles de la cour, constituèrent un cortège composé de cinq quadrilles (ou compagnie de soldats) qui défilèrent de l’hôtel de Vendôme et de l’Arsenal jusqu’au devant des Tuileries où ces cavaliers s’affrontèrent en tournois et en courses.
Charles Perrault (1628-1703) nous a laissé un témoignage très complet de cet événement : Courses de Testes et de Bagues faites par le Roi et par les Princes et Seigneurs de sa Cour en l’année 1662 publié à Paris à L’Imprimerie royale en 1670. Son texte descriptif est illustré de quelque 200 estampes gravées par François Chauveau (1613-1676) et Israël Silvestre (1621-1691). Il y eut au moins 5 exemplaires de cet ouvrage, un pour chaque chef de quadrille : le roi, Monsieur, le duc de Guise, le duc d’Enghien, le prince de Condé. L’exemplaire du roi est conservé à la bibliothèque municipale de Versailles ; les illustrations sont gouachées par Jacques Bailly (1629-1679).
Les carrousels sont des divertissements de princes ou de personnes de condition, qui représentent des fables ou des scènes historiques. Les participants sont divisés en quadrille, ou squadra, avec à sa tête un prince. Le roi, avec le soleil pour emblème, conduisait la quadrille des Romains, vêtu d’or et de rouge.
Quadrille : petite troupe de gens à cheval superbement montés et habillés, pour exécuter des fêtes galantes, accompagnées de joutes et de prix. Quand il n’y avait qu’une quadrille, c’était proprement un tournoi ou une course. Les joutes demandaient deux partis opposés. Le carrousel en devait avoir au moins quatre, et la quadrille devait être composée au moins de huit ou douze personnes. Les quadrilles se distinguaient par la forme des habits ou par la diversité des couleurs.
Le dernier divertissement de ce genre qu’on ait vu dans ce royaume est celui que donna Louis XIV, en 1662, vis-à-vis des Tuileries, dans l’enceinte qui depuis a retenu le nom de place du Carrousel. Il y eut cinq quadrilles. Le roi était à la tête des Romains ; son frère, des Persans ; le prince de Condé des Turcs ; le duc d’Enghien, son fils, des Indiens ; le duc de Guise, si singulier en tout, des Américains. La reine-mère, la reine régnante, la reine d’Angleterre, veuve de Charles II, étaient sous un dais à ce spectacle. Le comte de Sault, fils du duc de Lesdiguières, remporta le prix, et le reçut des mains de la reine-mère.
Dessinateur, graveur et peintre de miniatures, François Chauveau étudia dans l’atelier de Laurent de La Hyre et se spécialisa dans l’eau-forte. Louis XIV lui attribua le titre de graveur du roi ainsi qu’une pension en 1662. Il fut nommé conseiller à l’Académie royale de peinture et de sculpture le 14 avril 1663.



Gravure «Escuyer et page persan»

Éscuyer et page persan

Gravure de François Chauveau et Israël Sylvestre (British Museum - Londres


Gravure colorée «Escuyer et page persan»


Gravure originale coloriée à la gouache par Jacques Bailly


Vue générale du grand carrousel de 1662 par Henri de Gissey (1621 - 1673)

Le Grand Carrousel

D’après L'HISTOIRE PAR L'IMAGE 
© Photo RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Droits réservés

Pour des recherches avancées cliquez ici
Mots-clés spécifiques représentatifs de l'image
banderole   carrousel   cavaliers   chevaux   étendard  
Google  

       


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...