Il y a 666 visiteurs en cet instant
Timbres   Yvert & Tellier n° 1566
Chercher n°
Chercher un timbre
 
 ou

Timbre de 1968

Prisonnières huguenotes d´Aigues mortes
2ème centenaire de leur libération

Image du timbre Prisonnières huguenotes d´Aigues mortes2ème centenaire de leur libération
Tous droits réservés

Dessiné et gravé par Albert Decaris

Zoom sur le timbre
 
Les timbres commémoratifs
 
 
Les timbres du Gard
 
◆ Les timbres de la région Occitanie
 
 
Les timbres de l'année 1968
Voir les 4 timbres de septembre 1968
 
Accueil des Huguenots
La révocation de l'Edit de Nantes
 
Le timbre d'Aigues Mortes de 1941
 
Henri IV, l'Edit de Nantes, son abrogation et les persécutions des protestants
 
Les timbres représentant un pont, un viaduc ou une passerelle
 
14 Lien vers le site «Musée du Désert» Les Prisonnières Protestantes de la Tour de Constance Leur histoire et leur liste
   
 
18 Lien vers «Wikipédia», l'encyclopédie libre. l'histoire de Marie Durand, héroïne de la résistance à l'intolérance religieuse
  Les timbres concernés par ce site
 
360 Lien vers le site «Ma Cévenne» «La Cévenole» dite aussi "Marseillaise huguenotte", chant de ralliement des protestants, texte commenté et chanté
Les timbres concernés par ce lien  
 
11 Lien vers le site «Musée Protestant» Marie Durand, figure emblématique de la résistance à l'intolérance religieuse, prisonnière pendant 38 ans à la tour de Constance
   
 
13 Lien vers le site «Clio» Marie Durand, une héroïne protestante ? par Yves Krumenacker, texte intégral
   
 
13 Lien vers le site «Aigues-Mortes» la tour de Constance en photo et son histoire
   
 
Le timbre situé sur la carte de France
Vers le bas
Avec la révocation de l'édit de Nantes en 1685, signé par le roi Louis XIV, des mesures répressives se sont abattues sur les protestants. L'exercice du culte a été interdit, leurs ministres bannis et les temples ont été détruits. La cité médiévale, dont le temple protestant avait été édifié en 1602 à l'angle de l'actuelle rue Denfert-Rochereau, fut démolie en septembre 1685. L'année suivante, des protestants de Nîmes sont incarcérés dans la Tour de Constance. En 1705, les registres font état de trente-trois prisonniers huguenots détenus dans la salle supérieure de la tour. Les prisonnières, quant à elles, étaient recluses dans les premières années au rez-de-chaussée dans la salle des gardes. Elles occupèrent plus tard la salle des chevaliers ou les deux salles, quand le nombre des prisonnières devait le justifier.
Abraham Mazel, un des chefs protestants, lieutenant de Catinat, fut incarcéré cette année-là. Cependant, il parvenait, six mois plus tard, en descellant un bloc d'une meurtrière, à s'évader avec seize de ses compagnons. Un tour de force spectaculaire qui allait néanmoins avoir des répercussions. Les prisonniers restant furent transférés aux îles d'Amérique et la Tour de Constance ne reçut désormais que des prisonnières protestantes. De cette horrible prison, les prisonnières n'en sortent que pour le cimetière.

D'après le manuscrit de Gautier de Terreneuve, trente prisonnières étaient détenues dans la tour en 1746. Une des plus célèbres, Marie Durand, encore adolescente, y fut enfermée des 1730 dans des conditions de détention épouvantables, dans la pauvreté, le froid et la promiscuité. En1755, Marie Durand rapporte la terrible souffrance de cet hiver : "Nous étions sans aucune provision, excepté un peu de bois vert. Le plus que nous avions, c'était un peu de neige sur notre terrasse, sans aucun secours de personne".
Sans être toutefois une certitude, la tradition attribue à Marie Durand d'avoir gravé sur la margelle au centre de la salle le mot RESISTER, que l'on peut encore lire de nos jours. Un acte de foi symbole de la résistance huguenote.
Pendant sa détention, Marie Durand devait écrire près de 50 lettres. Une correspondance adressée au pasteur nîmois Paul Rabut, qui s'occupait des prisonnières. Des suppliques pour demander du secours, des remerciements aux rares donateurs qui venaient en aide aux prisonnières et quelques lettres personnelles adressées à sa nièce.

En 1767, il ne restait plus que 14 prisonnières. Le prince de Beauvau en visite dans la cité, ému par la misère des prisonnières et par compassion, les délivra toutes, malgré l'autorité royale. Marie Durand fut libérée le 14 mai 1768, après 38 années de réclusion. Elle mourut 8 ans plus tard en Ardèche.
Les deux dernières, Suzanne Pagès et Marie Roux détenues 27 et 23 ans furent libérées le 26 décembre 1768, c'était il y a 240 ans.

Aujourd'hui, la cité médiévale honore la mémoire de Marie Durand et une rue porte son nom.
Source : Midi Libre - Décembre 2008

Le timbre
Premier jour le Samedi 31 août 1968
à Aigues-Mortes (Gard)
Vente générale le Lundi 2 septembre 1968
Retiré de la vente le Samedi 17 mai 1969 - Voir les retraits de l’année 1969
Valeur faciale : 0,25 F  - Voir les tarifs au 2 septembre 1968
Affranchissement de la carte postale pour l´étranger
Émis à 7,4 millions d´exemplaires - voir les tirages de 1968
 Mis à jour le 20/07/2015 


Le timbre à date premier jour

Identifier un timbre à partir de critères multiples
Vous devez choisir au moins un des 3 critères de recherche
mots-clés
Au moins un des mots   tous les mots
Dans l'ordre des
Mots entiers   partie de mots
valeur faciale          sans valeur faciale ET 
 ET gamme de couleurs
Recherches de timbres selon les motifs de leur image
mots-clés
  Au moins un des mots Tous les mots  
Mots entiers partie de mots
Pour des recherches avancées cliquez ici
Mots-clés spécifiques représentatifs de l'image
chaine   femmes   pont   tour  
Google

       


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...