Il y a 686 visiteurs en cet instant
Logo Phil-Ouest

Lexique philatélique

N° Y & T 

 

Recherchez le dans le menu ci-dessous pour en obtenir une définition. Vous pouvez également cliquer sur une des lettres ci-dessous afin d'obtenir tous les mots commençant par cette lettre.

Création       A B C D E F G H I L M N O P R S T U V X Z

Les mots commençant par la lettre P
P.P. ou PP : Abréviation de port-payé.
L'affranchissement de l'imprimé ou du pli publicitaire est prépayé directement au Bureau de Poste, le timbre à date porte alors la mention P.P.
Paire : Deux timbres-poste joints l'un à l'autre, verticalement ou horizontalement, perforés ou non.
Paire en gouttière : Paire de timbres-poste placés sur l'un des deux côtés de la marge.
Papier : Matière sur laquelle les timbres-poste et les enveloppes sont imprimés. Les timbres-poste sont généralement imprimés sur du papier qui est mis à la disposition de l'imprimeur uniquement sur demande du gouvernement auprès du fabricant de papier. Ce papier est dénommé papier de sécurité.
Papier cartonné : Voir Carton.
Papier coloré : Terme qui désigne les papiers colorés sur lesquels les timbres-poste sont parfois imprimés.
Papier en soie : Voir Papier granité.
Papier enduit : Désigne tout papier de sécurité traité avec un enduit spécial, comme, par exemple, les surfaces traitées à la craie ou au phosphore. Le papier peut être enduit sur un côté ou sur les deux pour différentes raisons.
Papier enduit de craie : Papier enduit d'une substance crayeuse pour que l'encre d'oblitération adhère plus facilement au timbre-poste.
Papier fil de soie : Papier dans lequel on a incorporé un fil de soie à des fins de sécurité.
Papier fort : Type de papier épais, d'environ 80 grammes/m2, largement utilisé dans la production des feuilles d'albums pour timbres-poste.
Papier FSC Mixte : Le papier FSC Mixte est un type de papier certifié selon les normes du Forest Stewardship Council (FSC). Le FSC est une organisation internationale à but non lucratif qui promeut la gestion responsable des forêts et la protection de l'environnement.

La certification FSC Mixte signifie que le papier provient à la fois de sources certifiées FSC (qui sont gérées de manière durable) et de sources contrôlées (qui peuvent être des matériaux recyclés ou provenir de forêts non certifiées). L'utilisation de papier FSC Mixte permet de soutenir la gestion responsable des forêts et de réduire l'impact environnemental de la production de papier.

Lorsqu'un produit, tel que du papier, est certifié FSC Mixte, cela indique que l'entreprise qui le fabrique a suivi les exigences du FSC en termes de chaîne de traçabilité et de gestion responsable des ressources forestières. Cela permet aux consommateurs d'identifier et de choisir des produits fabriqués de manière plus respectueuse de l'environnement et socialement responsable.

Il est important de noter que la certification FSC Mixte n'est pas aussi stricte que la certification FSC 100% ou FSC Recyclé, qui garantissent respectivement que le papier provient entièrement de sources certifiées FSC ou de matériaux recyclés. Cependant, le papier FSC Mixte reste une option qui contribue à la conservation des forêts et à une gestion plus durable des ressources naturelles.
Papier granité : Papier qui associe des fibres colorées et des fibres décolorées.
Papier kraft : Papier généralement de couleur marron clair et fabriqué à partir du chanvre de Manille. Utilisé à grande échelle pour l'emballage et les enveloppes de grande taille.
Papier ondulé : Papier qui ne comporte pas de motif directionnel. La majorité des papiers modernes sont de ce type.
Papier pelure : Papier fin, fragile et généralement transparent.
Papier poreux : Papier lisse et absorbant, sensible à l'humidité et qui, par conséquent, n'est pas adapté à l'impression de timbres-poste de bonne qualité.
Papier quadrillé : Terme utilisé pour désigner la grille ou le rectangle de petits carrés imprimés sur les pages d'un album pour faciliter la disposition d'une collection. Peut aussi désigner un filigrane d'un modèle similaire.
Paquebot : Oblitération de la poste apposée sur le courrier déposé à bord d'un navire.
Paquet-souvenir : Produit philatélique qui comprend des timbres-poste et parfois des informations supplémentaires sur le timbre-poste ou sur l'événement commémoré, et qui est présenté dans un classeur spécial en papier ou en matière plastique.
Paquets-poste express : Forme moderne d’entier postal en matière plastique dont les droits d'affranchissement sont inclus dans le prix d'achat, mais sur lequel ne figure généralement pas d'impression de timbre-poste. Actuellement, ces produits sont de plus en plus utilisés comme emballages pour les colis d'un montant et d'un poids fixes.
Partiellement dentelé : Enregistrement d'une seule partie de la dentelure sur le bord d'un timbre-poste. Il s'agit d'un défaut de perforation provoqué par la machine ou par l'opérateur.
Partiellement effacé : Cas où le dessin du timbre-poste a été accidentellement enlevé.
Perçage en ligne : Perforations faites par une tête perceuse droite, par opposition au perçage en peigne, par exemple.
Perçage en peigne : Perforations disposées en forme de peigne, par opposition au perçage en ligne.
Péréquation : Système de tarif postal unique pour tout un territoire national où les liaisons à faible coût compensent celles à coût élevé.

Notion imaginée vers 1832 par Alexandre Glais-Bizoin, député des Côtes du Nord et dont Émile Zola fut le secrétaire particulier.
Alexandre Glais-Bizoin a aussi imaginé ce qu'aurait pu être le 1er timbre-poste, malheureusement ses collègues députés et
son gouvernement ne le prirent jamais très au sérieux, et ce fut Rowlan-Hill qui, dix ans plus tard, eut la paternité
du premier timbre-poste, le fameux One Penny Black.
Perforation : Moyen utilisé pour faciliter la séparation des timbres-poste d'une feuille en incorporant des trous de séparation étroitement espacés dans le papier (communément appelée «dentelure»).
Perforation : Voir Timbres-poste perforés.
Perforation automatique : Perforation faite par une machine.
Perforation en rouleau : Diamètre de perforation utilisé pour les timbres-poste en carnet et/ou les timbres-poste enroulés, dont les trous sont plus larges que ceux des mêmes timbres-poste émis en feuilles.
Perforation irrégulière : Perçage produisant des espaces variables entre les trous ou bien un mauvais alignement.
Perforation manquée : Désigne des timbres-poste perforés pour lesquels une ligne de perforations a été accidentellement omise entre des timbres-poste adjacents ou entre des rangées de timbres-poste, suite à un mauvais perçage par la machine ou par l'opérateur, et qui n'ont pas été décelés lors du contrôle final effectué par l'imprimeur.
Perforation privée : Perforation non officielle de timbres-poste produits officiellement.
Perforation rotative : Perforation faite par le passage du papier entre deux roues rotatives, l’une pourvue d'aiguilles et l'autre de trous dans lesquels les aiguilles viennent s'ajuster.
perforations composées : Terme utilisé pour désigner un timbre-poste qui a deux ou plusieurs perforations différentes sur ses côtés.
Perforations mixtes : Timbre-poste qui comporte des perforations dont les écartements sont différents sur un ou plusieurs côtés.
Perforations nettes : Perforations qui ne sont ni déchiquetées ni déchirées, par opposition à celles qui sont irrégulières. Les perforations inégales sont souvent dues à un papier de mauvaise qualité ou au fait qu'on a perforé trop de feuilles à la fois.
Perforations par machine à coudre : Perforations primitives ajoutées à une feuille de timbres-poste non perforée à l'aide d'une machine à coudre.
Perforé : Timbre-poste comportant des initiales perforées. Celles-ci sont ajoutées par les sociétés commerciales pour prévenir l'usage frauduleux des timbres-poste leur appartenant.
Petite Poste : Dès ses lointaines origines la Poste a eu le souci et la mission de mettre en relation par courrier les personnes (physiques ou morales) géographiquement éloignées.
Toutefois il existait un besoin de mise en relation de proximité dans les villes, et notamment Paris.
Ce besoin était satisfait par des coursiers privés (domestiques ou personnel spécialisé) pour le compte de ceux qui en avaient les moyens, ce type de service de coursiers de proximité existe encore de nos jours dans la plupart des grandes villes.

Dans sa grandeur la Poste (la "grande Poste" !) n'avait guère le souci d'organiser la distribution intra-ville, le Roi, les nobles et les riches bourgeois ayant en effet à leur disposition leurs domestiques pour assurer ce type de distribution

Tant que Louis XIV et sa cour préféraient encore Paris à Versailles il existait de fait une organisation de distribution des missives au sein de la capitale, ce qui peut, peut-être, expliquer l'échec de la tentative de
Renouard de Villayer
qui instaura en 1653 un service de distribution intra-ville basé sur la mise en place de boîte à lettres à disposition du public, le courrier étant relevé et distribué par un personnel spécialisé.
Malgré cet échec, dû aussi à l'incivilité des Parisiens de l'époque, on considère Renouard de Villayer comme le créateur de la Petite Poste à Paris, c'est-à-dire la distribution facile et rapide du courrier entre habitants d'une même ville par l'intermédiaire d'une organisation spécifique, indépendante de celle de la Poste, d'où ce nom de petite Poste par opposition à la "grande Poste"

Ce service de petite Poste ne fonctionnera véritablement qu'en 1760 grâce à l'initiative de Piarron de Chamousset avec la bénédiction de Louis XV.
Hélas 20 ans plus tard, en 1780, ce service fut confisqué à son profit par Louis XVI qui n'avait malheureusement pas bien compris que les intellectuels, les journalistes, les marchands, les artisans, les bourgeois et bien d'autres encore se battaient pour la libre circulation des idées, des biens et des personnes.
Je suppose que Louis XVI avait dû perdre la tête pour prendre une telle décision, ce qui, malheureusement pour lui, arriva 9 ans plus tard ...

Moralité: Roi, Prince ou gouvernant réfléchis bien avant de t'en prendre à La Poste, quelle soit petite ou pas ! :)
Philatélie : Etude et collection des timbres-poste et des documents postaux.
Issu de deux mots grecs : “phil“ (aimer) et “atelia“ (affranchissement).
Vous trouverez une très complète éthymologie de ce mot en cliquant ici
Philatélie classique : Domaine de la philatélie comprenant l'étude des premières émissions de timbres-poste. La tendance actuelle est de considérer que la philatélie classique comprend l'étude des émissions de timbres-poste de l'ensemble du XIXe siècle.
Philatélie pour les jeunes : Classe d'expositions philatéliques à caractère compétitif s'adressant aux jeunes de 14 à 21 ans
Philatélie sociale : Classe expérimentale d'expositions philatéliques qui mettent l'accent sur l'interaction sociale entre le système postal et la société
Philatélie thématique : Collection thématique
Philatéliste : Personne qui étudie et connaît les timbres-poste. Par extension, on appelle philatélistes les collectionneurs de timbres-poste et même tout collectionneur d'objets liés à la production des timbres-poste (épreuves, essais) ou d'objets ayant circulé par la poste (lettres comportant des marques postales, avec ou sans timbre-poste) ou de documents se rapportant à des services de la poste (opérations financières, télégraphe, colis postaux, contreseing, etc.). Une extension complémentaire fait considérer comme philatélistes les collectionneurs de vignettes et documents fiscaux.
Phosphore : Substance phosphorescente appliquée au papier ou à l'encre d'impression et qui émet un rayonnement ultraviolet ou une autre radiation électromagnétique. Très important dans l'utilisation des machines électroniques modernes de reconnaissance et de tri des lettres pour localiser le timbre-poste et l'oblitérer. Peut être aussi appliqué en motif au timbre-poste (p. ex. barres en phosphore).
Photogravure : La photogravure est initialement le nom donné au procédé photographique qui permettait d’obtenir des planches gravées utilisables pour l’impression typographique, dits clichés, soit au trait (sans nuances ni demi-teintes), soit en demi-teintes par tramage, ou similigravure. La photogravure a défini par la suite l’ensemble des techniques permettant la réalisation des éléments nécessaires à l'obtention de la « forme imprimante » destinée aux différents procédés d’impression comme la typogravure, l'héliogravure et l'offset.
Source: Wikipédia
PIM : Poste d'indexation multiple, machines permettant à des opérateurs d'indexer le courrier afin de permettre leur tri automatique
Pinces : Outil en métal utilisé par les collectionneurs pour tenir les timbres-poste sans les endommager, les salir ou les tacher de graisse. Elles sont habituellement en acier inoxydable, nickelé ou chromé.
Planche : Unité d'impression employée en typographie à plat. Par extension, feuille de timbres-poste.
Plaque de travail : Terme technique qui désigne le cliché utilisé pour imprimer la valeur, ou bien le nom et la valeur, sur un timbre-poste, imprimé en deux opérations.
Plaque fêlée : Fait référence aux lignes blanches ou incolores sur un timbre-poste que provoque une plaque d'impression endommagée par usure ou manipulation inappropriée.
Plaque nettoyée : Lorsque l'encre vient encrasser une plaque d'impression après un usage ininterrompu, la qualité d'impression des timbres-poste produits est mauvaise. Les timbres-poste imprimés à partir de la même plaque après nettoyage auront un aspect propre et net, ce qui permettra de les identifier facilement comme ayant été imprimés à partir d'une «plaque nettoyée». Ce phénomène affecte rarement les timbres-poste modernes produits sur des imprimantes dotées de dispositifs de sécurité, de sorte que sa présence sur des émissions modernes peut être un signe de contrefaçon.
Pli accordéon : Accident lors de l'impression de timbres-poste: le papier se replie sur lui-même lors de l'impression, laissant une partie non imprimée lorsque le pli est ouvert.
pnu : Ancienne abréviation de Pli Non Urgent, selon les délais de distribution on distinguait le PNU 2 qui a été remplacé par la gamme de l'écopli et le PNU 3 qui a été remplacé par la gamme PostImpact.
Pochette annuelle : Produit philatélique qui ressemble à un livre annuel, mais d'une réalisation moins élaborée, comprenant souvent la quasi-totalité des émissions annuelles de timbres-poste présentées dans des bandes en plastique transparent sur carton.
Poinçon : Pièce de métal ou de bois portant la gravure d'un timbre-poste. Le poinçon peut être multiplié de diverses façons afin de constituer l'unité d'impression.
Poste aérienne : Désigne le transport du courrier par avion, donc un délai de livraison plus rapide, pour lequel l'expéditeur peut être appelé à acquitter des droits d'affranchissement plus élevés. Un timbre-poste spécial peut être prévu à cette fin.
PostImpact : Gamme de courrier publicitaire qui remplace les anciens "imprimés"...
Une nouvelle gamme a fait son apparition en 2003 Tem'Post, PostImpact à délai contractuel.
Le nom actuel des plis destinés à des envois publicitaires en nombre est "Destineo".
Premier choix : Timbre irréprochable recto et verso. Les cotes des catalogues sont établies pour eux.
Premier jour : Oblitération spéciale apposée sur un timbre lors de sa première mise en vente, en général 48 heures avant sa vente normale.
Préoblitéré : Timbres oblitérés à l'avance pour l'envoi de publipostages (publicité adressée), pour un minimum de 100 envois pour un même département.
Prêt pour la reproduction : Terme utilisé dans le secteur de l'imprimerie pour signifier qu'une maquette ou un texte est prêt pour l'impression.
Prix catalogue : Prix indiqué comme étant le prix de vente au détail courant d'un timbre-poste et utilisé comme référence pour la vente des timbres-poste sur le marché secondaire.
Programme d'émissions : Liste arrêtée par l'autorité de tutelle du service des timbres-poste et prévue pour l'année ou le semestre à venir. Cette liste est souvent complétée en cours d'année par des «hors programme»: commémoratifs oubliés ou événements importants survenus.
Projet : Qualifie tout ce qui n'est pas définitivement réalisé en matière de fabrication, de dessin ou de méthode d'impression.
Publicitimbre : Le publicitimbre est un timbre-poste pourvu d'une marge supérieure, inférieure ou latérale, portant l'impression d'une publicité commerciale, touristique, voire de recommandations postales.

N'entrent donc pas dans cette catégorie les impressions de service tels les guillochis, les barres d'annulation, ...
PVC : Abréviation de chlorure de polyvinyle. Les classeurs en PVC sont parfois utilisés pour le conditionnement des timbres-poste destinés à la vente, ce qui finit par les endommager si la période de conservation dure un certain temps.

Avec les autorisations de l'ADP (Association pour le Développement de la Philatélie) dont je fus le webmaistre et de l' Académie de Philatélie



Google  

       


Pour remonter en haut de page faire un double clic où vous voudrez...